L'été, l'amour, l'italie, les ricciarelli .......

Publié le par lafillequirevaitdunbidondelaitetduneboitedechoco

Les premières vacances d’été que j’ai passé avec mon homme, c’était en Toscane (nous nous étions embrassés la première fois en mi-mars et il m’a emmené quasi tout frais payés 2 semaines en Toscane en Août ! Comme dans les films !!!!). Ce qu’il y avait aussi comme au cinéma, c’est le séjour que nous avons passés en amoureux (à part peut-être l’appart où nous étions : il était pas mal, hein ? Mais la différence entre la pub et la réalité ………). Mais la ville où nous étions était si jolie, la vue fantastique et les petits restos délicieux. Comme ça, ça semble particulièrement idiot de dire quel voyage était génial entre autres parce que la bouffe était bonne. Je suis d’accord, ça fait un peu primaire mais j’ai lu un livre dans lequel l’auteur relate l’histoire de ses grands-parents, de ses parents, de sa tante et de lui-même.  Grosso modo, le grand-père est mort assassiné injustement par le NKVD, la mère a été emprisonnée 10 ans et les deux filles ont, pendant ces 10 ans, été entraînée par les mouvements de population de l’époque dus à la guerre et ses conséquences. Toutes les trois ont souffert de tout mais surtout de la faim (je crois qu’on ne PEUT PAS s’imaginer une demi-seconde ce qu’elles ont pu vivre ainsi que leurs millions de compatriotes qui ont subi toutes les horreurs et misère de cette époque). Pourquoi cette digression ? Eh bien, l’auteur explique que l’alimentation est devenue bien évidemment une chose primordiale dans leur vie et que les repas sont devenus des moments de bonheur importants dans sa famille. Alors vous me direz : Dans beaucoup de familles, ce sont des moments très importants. Certainement. Mais je pense que, lorsqu’on a connu la faim pendant des années et des années et qu’enfin on peut manger à sa faim, ça a une toute autre résonance !!!  (Pour celles que ça intéresse : Les enfants de Staline d’Owen Matthews. Franchement, il vaut vraiment le coup ! Merci la bibli ! (qu’est-ce que j’y vais souvent en ce moment !!!)

 

Bon, je suis passée du bonheur de mes vacances aux horreurs de la guerre et la barbarie de la Russie des années 30 et 40. Mais pour en venir où ? Eh bien, en Toscane, il y a une spécialité de pâtisseries (de Sienne en particulier) : les ricciarelli. Mes histoires vous ont refroidi ? Eh bien, regardez la photo, ça va vous réchauffer ! (Je ne sais plus qui qui avait connu les horreurs de la guerre disait que, sur place, il avait l’impression que les européens/américains ne comprenaient rien et que, de retour à la maison, il s’était rendu compte que, malgré l’incompréhension, la vraie vie, c’était celle-ci, la « normale » et que ce qui n’était pas normal, c’était la guerre, le sang, la haine.) Bref :

 

Ricciarelli.jpg

 

Ricciarelli

Pour 30 biscuits
250 g de sucre en poudre
le zeste râpé d'une orange non traitée
350 g de poudre d'amande
2 blancs d'oeufs battus en neige

Pour la déco
150 g de sucre glace

Préchauffer le four à 140°C.

Mélanger le zeste d'orange râpé au sucre. Ajouter la poudre d'amande et incorporer très progressivement les blancs d'œufs jusqu'à ce que vous obteniez une boule assez ferme que vous diviserez en 3 (travailler la pâte en petite quantité est plus facile).

Saupoudrer le plan de travail de sucre glace et abaisser successivement les morceaux de pâte à 1 cm d'épaisseur. Découper des losanges que vous déposerez sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier sulfurisé. Poudrer très généreusement les Ricciarelli de sucre glace et enfourner pour 10 à 15 minutes. Ils vont gonfler un petit peu et doivent rester blancs. Sortir la plaque du four et laisser refroidir car ces biscuits sont très fragiles tant qu'ils sont chauds.

 

Nb : J’avais fait cette recette parce que mes beaux-parents nous avaient ramené au retour de leurs vacances en Toscane (Mai) des ricciarelli. On les a tous boulotté bien sûr et puis, jme suis dit : « Mais, attends ! Et si je les faisais ???? » Ils ont été une réussite complète !! Tout le monde a adoré ! Il n’en est pas resté une miette ! Une tuerie !

Publié dans Cuisine stories

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

boljo 18/07/2010 01:40


Sympathique biscuit. Bon choix d'agrandir la famille, en attendant l'arrêt de la crise. Courage.


Delices eyes 17/07/2010 10:16


Terribles ces biscuits! je note!!!
Bonne journée


mercotte 15/07/2010 15:39


En fait ça ressemble beaucoup aux amarettis ! j'en ai mangé récemment à la noisette au lieu de l'amande c'est tout aussi déicieux


charoufa 14/07/2010 19:10


c'est une recette a mettre sous le coude merci
bises charoufa