La « fémivore » ou le « troisième féminisme » (selon le magazine Elle)

Publié le par lafillequirevaitdunbidondelaitetduneboitedechoco

 Apparemment, il y eut d’abord la génération des femmes (années 50, 60, voire 70) qui restaient à la maison, qui faisaient toutes les tâches ménagères sans s’en plaindre et voire même s’en enorgueillissaient en vantant ce nouvel électroménager, tout neuf tout beau qui lui facilitait tant la vie ! C’était les trente glorieuses. Puis, il ya eu 1973. Et là, non seulement les femmes sont devenues en partie « féministes » mais en plus il y a eu la crise (à moins que ce ne soit lié. Ce qui l’est, à mon humble avis : j’ai remarqué que les crises économiques et financières avaient une répercussion directe sur les femmes, leurs manières de vivre et de se penser. Je sais, je ne l’invente pas mais je tenais à préciser que j’étais d’accord avec ça ! Loooooooool. Quand les choses vont mal, qu’il n’y a pas de boulot pour tout le monde, les femmes reviennent à la maison et « laissent » (sans vraiment en avoir le choix) à leurs hommes le soin de se débattre dans le monde du travail.). Bref, les femmes dans les années 70 jusqu’il y a peu revendiquaient les droits (et devoirs) que l’on connaît. Enfin, aujourd’hui, « notre » génération : les « fémivores », c’est-à-dire celles qui ont très bien réussi leur vie (style Sex and the city : très longues études, hautes fonctions professionnelles, fringues et chaussures hors de prix, appartement chic en centre ville, réseau professionnel et social dense …) et qui laissent tout tomber du jour au lendemain pour revenir à l’essentiel et au DIY (« do it yourself », c'est-à-dire tout faire soi-même). « Ces femmes ont en tout cas pris au mot l’objectif des locavores – consommer des produits locaux pour réduire son empreinte carbone – et réinvestissent leur foyer pour en faire u nouvel ilot de vie (et une nouvelle cellule économique). Leur philosophie ? Faire fi de la société de consommation et forger leur indépendance en subvenant aux besoins de leur famille ». Alors subvenir aux besoins de la famille, c’est tout tout tout, hein ? : la nourriture mais aussi les fringues, le jardinage, le compostage, les toilettes chimiques, les couches lavables, et j’en passe … Le « homemaking ». Et c’est devenu une vraie philosophie de vie pour des millions de femmes, d’abord aux Etats-Unis, bien sûr puis partout ailleurs. Et il y a des milliers de sites internet (blogs : ici cité « Rurally Screwed »), des livres (ici cités : « The Omnivore’s dilemna » de Michael Pollan, « Animal, vegetable, miracle » de Barbara Kingsolver), des colonnes dans les journaux, des films (ici cité « Food Inc. »), des émissions et séries télévisées comme « Food revolution » de Jamie Oliver …  Et il y a « Ashley English, auteure d’une série d’ouvrages sur le homemaking et d’un excellent blog « Small measure ». Bref, c’est plus qu’un mouvement de fond, c’est un véritable tsunami. Des millions de femmes, carriéristes de haute volée ou non, retournent à la maison, en sont fières et souhaitent participer à ce monde activement en pensant écologie et épanouissement de soi en faisant soi-même (et ne (sur)consommant pas).  

  ker modern homemaker 1947

 

Alors, malgré mon ton légèrement ironico-cynique, j’en fais partie. Enfin, je suis très loin de la radicale militante (comme là, prise en exemple, Shannon Hayes, bardée de diplômes, elle vit dans une bâtisse rénovée avec panneaux solaires, fabrique ses savons, éduque ses filles (3 et 6 ans) à la maison, cuisine à bloc (elle est déjà l’auteur de deux livres de cuisine), elle vend ses produits sur le marché et fait ses tournées de conférences l’hiver. Elle est l’auteure d’un manifeste pour une vie frugale : « Radical homemakers » et son combat politique est  de réinventer le foyer en tant que centre d’une nouvelle économie). Cependant, même si, en premier lieur, c’était plus par obligation que conviction, je me dis que ce n’est pas si mal et que cela peut être un chemin vers mon propre épanouissement, même si ce n’est pas du tout ce que j’avais d’abord imaginé pour moi (et encore moins mes parents !!!!). En plus, je suis dans la « mouvance » ! Je suis dans une « communauté » (mondiale) ! Donc je me plais à croire que j’aurais la chance d’avoir une vie « riche » sans travailler (enfin provisoirement, j’espère ! (vous voyez, jsuis encore loin d’être radicale ! Mais ça peut changer looooooooool !)) ! En tous cas, j’ai tout pour être heureuse de cette manière ! A moi de voir si ça me convient (et si j’y arrive !!!) !

 

  HMakersSocietyLogo Smallsize(1)

 

Pour finir, la seule chose qui me déplaise, ce sont celles qui pensent que ce choix de vie (le leur) est le bon et l’unique choix de vie ! Moi, aujourd’hui, ça me plait ! Mais ce n’est pas parce que ç a me plait à moi que ça doit être pareil pour les autre s ! Par exemple, je n’aimerais plus habiter en ville, travailler comme une folle, ne pas avoir une minute à soi, manger de la m**** et être tant harassée que je n’aurais pas le temps de profiter de mon homme et de ma famille ! Mais je comprends tout de même les femmes qui apprécient avoir une vie professionnelle bien remplie malgré les compromis à faire (vie stressante en ville, peu de temps pour soi et sa famille, peu de temps pour profiter de la vie, repas à la va vite et d’une qualité plus médiocre que si elles avaient les bons produits et le temps de cuisiner …) ! D’autant que je rêvais d’être comme ça hier ! Maintenant : mon rêve, c’est la vie d’aujourd’hui, avec des enfants, et la parfaite maîtrise du home-making ! Et si, en plus, je pouvais avoir un travail intéressant, prenant mais pas trop, ce serait top (mais maintenant je verrais ça plus tard !).

 

 

  kerr modern homemaker 1945

Commenter cet article

Eléonora 29/07/2010 08:57


Vite, vite avant que tu ne partes...alors bonnes vacances, repos, détente et bonheur de ne rien faire....à bientôt !


Eléonora 27/07/2010 20:18


Un coucou grand MERCI pour ton message durant mon absence de vacances. Retour à la maison et reprise difficile. Cela sent encore le farniente chez moi et aussi sur la blogosphère. Donc, on ne
s’activera que gentiment jusqu’à fin août. A bientôt !


Delices eyes 27/07/2010 19:11


Bonne soirée