Kaamelott en bac Φ # 1 Heat

Publié le par Fleurette et compagnie

 

En fait, je voulais prendre la vidéo sur le site de M6 mais je n'y arrive pas . Donc, pour ne pas m'énerver, j'ai fini par prendre sur Youtube ... (je sais, je sais, je ne suis pas douée pour ça ...)

  

D’abord, je rappelle que je ne suis experte en rien, et surtout pas en ciné, en télé, en histoire ou je ne sais quoi. Si je fais ça, c’est que ça me plait. Mais surtout mon avis est à prendre en tant que tel, c’est-à-dire comme un avis d’une fille X. Ceux qui le prendront autrement n’auront qu’à s’en prendre à eux-mêmes, basta.  

 

« Heat » #1 en bref : comment trouver de quoi manger dans la forêt ? Comment approcher et dégommer l’ennemi ?

 

C’est vrai que commencer par cet épisode, ce n’est pas le plus évident … Bah oui, parce que, quand on le regarde, comme ça, brut de décoffrage, on ne sait pas vraiment par où commencer. Mais bon, en termes de premier épisode de Kaamelott, on peut dire que l’ambiance est là (même si c’est la énième fois que je le regarde (en fin, en vérité, je n’ai vu et revu des milliers de fois tous les livres de Kaamelott. Disons que, depuis que je les ai en DVD, ce doit être la deuxième fois. Mais c’est pas mal parce que, du coup, on oublie un peu et on en rit encore plus !), eh bien, je ris je ris je ris !).

 

Donc, voilà, Heat, culturellement parlant, on ne peut pas dire que cela apporte énormément, il plante le décor de la série. Mais n’oublions pas que cet épisode est l’un des premiers épisodes pilote. Et je dirais que, pour un épisode pilote, c’est déjà pas mal, non ! Rappelez-vous, je ne sais pas, moi, le premier épisode pilote de Friends, eh bien, c’est pareil, ça plante l’ambiance, les personnages, les décors (notamment le Central Perk) mais basta, quoi ! Rachel arrive en robe de mariée et puis ça s’arrête là, mm ?

 

Revenons à Kaamelott : les personnages présents : Karadoc qui explique à Bohort comment attraper des animaux (s’il y arrive comme ça, qu’on nous le dise, hein ! En cas de coup dur, ça pourrait servir mais honnêtement, je ne pense pas !) et ensuite Arthur, Léodagan et Perceval à deux pas d’ennemis. Perceval montre toute la richesse en conneries de son personnage.

 

Disons que cela montre comment ils vivaient : chasse, camp, surtout pour la guerre, habits et armures pour partir au combat, modes d’attaque, armes, roi pas encore tout à fait roi (Perceval et Léodagan le respectent mais on ne peut pas dire qu’ils fassent des courbettes. Arthur s’éloigne (par nécessité de statut) peu à peu de ces condisciples. Même si Perceval reste son chouchou et Léodagan son beau-père (qu’il continue de prendre comme tel, même quand Guenièvre est partie).

 

Je pense qu’il y aurait 1.000 et une autres choses à dire sur cet épisode mais je vais m’en tenir là.  Suite au deuxième épisode.

Commenter cet article